AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Le Staff de Terra Nova vous souhaite à tous de joyeuses fêtes de fin d'année I love you
Nous sommes début Avril 2149 dans le RP.
Pour ouvrir un RP, postez ce formulaire dans un premier post.
:excited: ALLEZ LES ENFANTS ON VOTE POUR LES TOP SITES ! :excited:

Partagez | 
 

 Une charmante rencontre [PV Tara]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Invité




Invité


MessageSujet: Une charmante rencontre [PV Tara]   Lun 16 Jan - 21:15



UNE CHARMANTE RENCONTRE
"Le sexe est le baromètre des sentiments."


→ Type de RP: Privé
→ Noms des participants: Tara S. Grimm & Dean Anderson

→ Date et heure du RP: Début avril 2149, aux alentours de 22h00
→ Climat: ciel dégagé, climat tropical

→ Intrigue en cours: Non





(c) Code par Beylin




Revenir en haut Aller en bas

Invité




Invité


MessageSujet: Re: Une charmante rencontre [PV Tara]   Lun 16 Jan - 21:44


Dean franchit la porte du bar de Terra Nova puis descendit la rangée de marche pour rejoindre le niveau principal du bar. Après avoir rapidement balayé du regard la pièce pour repérer d'éventuels connaissances en dehors des habituels joueurs de cartes déjà à moitié enivrés il ne reconnut personne et il choisit une table un peu à l'écart avant de s'y installer.

Posant son fusil contre le mur à côté il s'adossa contre le dossier de sa chaise, se massant la nuque d'un geste désinvolte. Après une journée de travail comme aujourd'hui, passée dans la jungle à s'assurer qu'aucun Sixers ne rôdait dans les environs immédiats de la colonie, il aimait particulièrement passer au bar pour se désaltérer. L'alcool local n'était pas si mauvais que ça et après quelques années il devenait carrément acceptable.

En attendant que l'on vienne prendre sa commande il laissa vagabonder son regard dans la pièce et porta son attention sur une table où quatre personnes jouaient au carte, perdant leur paie ou gagnant celle des autres. Les discussions semblaient se résumer à de vagues joutes verbales pour intimider l'adversaire et lui faire perdre ses moyens, passant du pitoyable au vulgaire. Parfois il se demandait comment les serveuses pouvaient supporter ce genre de clientèle. Mais les terras rentraient et au final c'était sans doute ce qui leur importait.

Il tira sa tablette de sa ceinture d'équipement et consulta le programme du lendemain. Il était affecté à un groupe chargé d'escorter des techniciens vers l'avant-poste 4. Une journée banale en somme mais néanmoins dangereuse. De toute façon dès qu'il fallait mettre un pied dans la jungle cela sous-entendait que l'on ne pouvait très bien pas revenir. Entre les carnivores et les Sixers, il y avait des dizaines de façon d'y laisser sa peau. Et même si cela faisait quelques années que Dean avait rejoint la colonie, cela ne le mettait pas à l’abri du danger.

Absorbé par la lecture de son planning il ne vit pas arriver la jeune femme et ce ne fut que lorsqu'elle fut prêt de lui qu'il remarqua enfin sa présence. Et quelle présence! Il laissa son regard glisser sur le corps de la demoiselle en ayant toutes les peines du monde à se retenir d'ouvrir une bouche béate. La jeune beauté qui se trouvait devant lui avait de quoi faire tourner la tête de n'importe quel homme, et il savait de quoi il parlait.

Reprenant ses esprits il se força à reprendre le contrôle de lui-même afin de ne pas avoir l'air d'un raptor devant un morceaux de viande:

- "Salut!" lança-t'il avec un léger sourire "Tu es nouvelle ici? Je ne me souviens pas t'avoir déjà croisée dans le coin..."

Après quelques mots échangé Dean lui passa commande d'un verre d'alcool local et lorsqu'elle revint avec le breuvage il l'invita d'un signe de la main à prendre place en face de lui:

- "Si tu as un peu de temps libre je n'ai rien contre un peu de compagnie...
" dit-il "J'aurais bien demandé à ces gars là mais ils sont un peu.. heu.. ennuyants?" termina-t'il avec un clin d'oeil tout en désignant la table des joueurs de carte.

Avec un sourire aux lèvres, il attendit une réponse de la charmante demoiselle en espérant vivement qu'elle accepterait...
Revenir en haut Aller en bas

Invité




Invité


MessageSujet: Re: Une charmante rencontre [PV Tara]   Mar 17 Jan - 9:37



Je ne pense pas qu’il y ait un seul endroit au monde que je préfère à un bar. Un vrai bar, s’entend, pas un repère de mères de familles esseulées ou d’étudiants bourrés de fric jusqu’au gras des mollets. Non. Je parle d’un endroit où l’on boit trop, où l’on joue sa paye sur deux cartes et où tout le monde finit rapidement par connaître tout le monde. Et puis, un lieu où on peut assister à une bonne bagarre, de temps en temps, un peu d’animation ce n’est pas de refus. Le bar de Kara sur Terra Nova ne remplissait pas tous ces critères, mais je comptais bien remédier à ces détails. En entrant, voir le comptoir au fond de la salle avait suffit à me donner le sourire. Ici, j’allais être chez moi. Je le sentais. Je le voulais.

Ma première journée de travail avait été plutôt calme. Volontairement, dès que les médecins avaient jugés que j’étais apte à me passer de leur présence après mon arrivée plutôt chaotique d’Hope Plaza, j’avais tout de même perdu connaissance quelques minutes dès mes premiers pas sur cette nouvelle terre. Je n’en étais pas très fière ! C’était assez mal commencer cette aventure que de tourner de l’œil aux premiers pas dans cette incroyable jungle luxuriante, à l’air si pure et embaumé d’essences florales délicieuses. Je tâchais de ne pas voir mon évanouissement comme un mauvais présage et avais rapidement oublié cette malencontreuse expérience.

Alors que la plupart des personnes nouvelles-venues profitaient de leur premier jour sur Terra Nova pour s’installer, moi je ne m’étais pas inquiétée de mon logement tout de suite. J’avais rapidement fait la connaissance de Kara, la patronne du bar local, qui m’avait prise sous son aile aussitôt et je ne pouvais que l’en remercier. Un court entretien d’embauche plus tard, je commençais aussi sec mon boulot de serveuse. Un vrai bonheur ! Bien sûr, ici les verres n’étaient pas aussi crades qu’au « Bord du bitume », le bar de mon ami Stuart à Détroit, et l’air n’était pas pollué par la fumée des mauvais cigares qu’affectionnaient les habitués. Et la journée fut calme. Les gens étaient gentils, certains étaient même assez bavards, mais je ne m’attachais à personne. Ce n’était pas mon genre, de tisser des liens rapides avec des inconnus, pourtant le courant était tout de suite passé entre Kara et moi. Je regrettais, aussi, qu’il y ait aussi peu d’hommes de mon âge parmi la clientèle. Un peu de compagnie ne m’aurait pas déplu.

Le soir cependant, le bar se rempli. Je compris que les soldats travaillaient la journée, et qu’ils emplissaient le bar de Kara à la nuit tombée. Les heures passèrent, tranquilles. Les soldats ne faisaient pas facilement d’esclandre, déclencher une véritable bagarre de bar ici ne serait pas facile. A avoir ce genre de pensée, je me faisais l’effet d’être une belle garce ! Mais tant pis, cette garce au fond c’était bien moi.

Je m’approchais d’un homme, seul, visiblement soldat lui aussi. Au début, je ne fis pas beaucoup attention à lui. Il était mignon, c’est vrai, mais il n’était pas le seul. Pourtant, son regard lorsqu’il passa sur mon corps, me fit frissonner. Et son sourire termina le travail, me laissant comme une adolescente en plein fantasme pour son professeur. Je compris sa question avec un temps de retard, et répondis avec un peu d’hésitation. Je pesais chacun de mes mots, de peur de dire quelque chose de complètement stupide.

Je suis arrivée ce matin avec la 10ème. Je m’appelle Skyler.

C’était toujours le nom que je donnais aux clients. Jamais Tara. Tara me donnait l’impression d’être un prénom noble. Skyler, celui d’une putain. Le soldat se présenta, me dit ce qu’il désirait boire et, un peu chamboulée par cette rencontre, je m’empressais d’aller au comptoir lui chercher sa commande. En passant, je vidais cul-sec deux shooter d’une boisson alcoolisée qui ne valait pas ma bonne vieille vodka, histoire de me donner un peu plus d’assurance. Je revins apporter à Dean ce qu’il avait demandé et sans plus de cérémonies, il m’invita à m’asseoir. Je n’étais pas soûle, même pas un peu pompette, pourtant l’alcool avait eu sur moi l’effet désiré, faisant voler en éclat l’habituelle timidité dont je faisais preuve lors des premières rencontres avec des inconnus.

J’ai du temps libre. acquiesçais-je avec un sourire enjôleur qui laissait croire que j’allais accepter sa proposition de me joindre à lui. Je me rapprochais de la chaise vide qu’il voulait que j’occupe, néanmoins je ne m’y assis pas. Mais si j’acceptais les propositions de tous les piliers de bar qui espèrent me faire boire assez pour pouvoir me choper dans un coin en sortant sans que je leur oppose de résistance, du temps je n’en aurais plus beaucoup… répondis-je de manière plutôt suggestive. Je n’étais pas sur Terra Nova depuis assez longtemps pour me rendre compte que ce n’était pas dans les habitudes des gens du coin, d’agir ainsi.

J’aurais pu m’en aller et le laisser planter là sur ces paroles, cependant je n’en avais aucune envie. Faire ce genre de sortie théâtrale me plaisait, pourtant, mais c’était de loin le début de conversation le plus prometteur de cette journée et j’espérais que Dean allait rétorquer quelque chose à la hauteur de son sourire, charmeur et gentlemen.
Revenir en haut Aller en bas

Invité




Invité


MessageSujet: Re: Une charmante rencontre [PV Tara]   Mar 17 Jan - 11:00


- "Mais si j’acceptais les propositions de tous les piliers de bar qui espèrent me faire boire assez pour pouvoir me choper dans un coin en sortant sans que je leur oppose de résistance, du temps je n’en aurais plus beaucoup… "

Dean failli s'étouffer en buvant une gorgée de sa bière alors que la fameuse "Skyler" lui sortait cette remarque. Se reprenant il leva le regard vers elle et écarquilla légèrement les yeux, un début de sourire amusé sur les lèvres. Il s'était à peu prêt attendu à toutes sortes de réponses, mais celle pour laquelle la jeune femme avait opté lui avait complètement échappée. Il reposa son verre, cherchant soigneusement ses mots:

- "Il est vrai que l'alcool à cette "vertu", cela dit il a aussi l'avantage de pouvoir délier les langues et de mener à de charmantes discussions... Et vous devez en être arrivée à la même conclusion si j'en juge par les deux shoots que vous venez de vous envoyer..." répliqua-t'il avec un clin d’œil pour lui faire comprendre que cela ne lui avait pas échappé. "Je vous en prie..." dit-il en désignant une nouvelle fois la chaise sans se départir de son sourire.

Décidément cette jeune femme semblait avoir un sacré caractère et ne pas avoir la langue dans sa poche. Deux sérieux avantages... Alors que Skyler prenait place en face de lui il reprit une gorgée de sa bière, se délectant de la fraîcheur du breuvage qui était des plus agréables dans un climat chaud et humide comme celui qui dominait au sein de la colonie.

Il l'observa un instant, se délectant de la beauté de la serveuse. Malgré tout il n'était pas du genre à perdre ses moyens en présence des demoiselles et même si Skyler était sans doute l'une des plus belles femmes qu'il n'avait jamais vu, pour autant il restait plus ou moins maître de lui-même.

- "J'imagine à peu prêt ce que vous devez subir avec tous ces poivrots! Cela dit, pour ce que ça vaut, je peux vous assurer que vous n'aurez pas à vous plaindre de ce genre d'imbécilités de ma part..."

Il reprit une gorgée de sa "mousse" puis jeta un vague regard à la table des joueurs de carte qui comme d'habitude semblait s'animer de mauvaise foi, chacune des personnes attablées semblant surpasser les autres dans ce domaine. Après tout il n'y avait rien d'étonnant à cela quand on savait que la plupart du temps c'était leurs paies si durement acquises dont il était question.

Après un dernier regard à la bande de joueurs, il reporta son attention sur Skyler:

- "Alors dites-moi... Je n'ai pas une énorme expérience de la vie mais d'habitude j'arrive plutôt bien à cerner les gens. Vous êtes jeunes mais vous semblez avoir déjà un sacré vécu? J'imagine que vous avez quitté une chienne de vie en 2149?" lui demanda-t'il

A vrai dire personne n'avait une vie agréable dans le future, il était bien placé pour le savoir. Pourtant quelque chose lui disait que Skyler n'avait vraiment pas été gâtée. Une femme de son âge devrait sans doute encore avoir une part d'innocence. Cependant il n'en décelait nulle trace dans les yeux de la jeune femme.

En tant normal il aurait sans doute balancé quelques banalités qui faisaient d'habitude loi dans le monde dans la séduction. Pourtant Skyler avait prouvée que ce petit jeu la ne marcherait pas avec elle. Elle était directe et perspicace et dans ce cas mieux valait se mettre sur la même longueur d'onde.

Elle lui plaisait c'était évident, pour autant Dean espérait qu'elle comprendrait qu'il n'était pas un séducteur parmi d'autre et qu'elle pouvait lui faire confiance pour ne pas la baratiner. Ce n'était pas son genre, mais restait à la convaincre... Attendant sa réponse il reprit une gorgée de sa bière...
Revenir en haut Aller en bas

Invité




Invité


MessageSujet: Re: Une charmante rencontre [PV Tara]   Mar 17 Jan - 11:42




Je m’assis finalement là où Dean me le proposais, étonnée qu’il ait pris la peine de me suivre des yeux pour voir que j’avais bu ces shooters. Mon long passé de serveuse, ma période de prostituée et ma licence de psycho m’avaient apporté trois points de vu différents sur les hommes. Et l’Humanité en général. Alors autant dire que même si je n’avais que vingt-et-un ans, il en fallait plus que la moyenne pour me surprendre, sans vouloir me jeter des fleurs. Et cet homme là, il était différent de tout ce que j’avais pu croiser sur ma route jusqu’à maintenant.

Habituellement, aucun homme ayant juste envie de passer du bon temps n’aura la stupidité de lancer une femme sur un sujet aussi vaste que sa propre vie. Nous sommes de grandes bavardes, c’est un fait gravé dans la pierre. Mais dans le cas de Dean, ce n’était pas de la stupidité, c’était de l’intérêt. Un intérêt qui semblait réel et qui donc, n’en était à mes yeux que plus surprenant et plus précieux, aussi, d’une certaine manière. Ce genre de type était rare. J’avais eu affaire à des cerveaux timides, durant mes études, qui me faisaient parler pour retarder le moment fatidique où ils devraient trouver le courage de m’embrasser, et j’avais aussi eu affaire à des machos de premier ordre qui ne pensaient qu’à baiser. J’avais eu mon compte de ces deux catégories.

Vous connaissez Détroit ? C’est de là que je viens. commençais-je, sur la réserve. Je n’osais pas trop me livrer la première à cet inconnu, pourtant il semblait assez réceptif, à l’écoute, intéressé par mes paroles. Peut-être moins que par mon décolleté mais il avait la décence de m’épargner les regards trop insistants.

Ma mère m’a élevé seule, elle était serveuse dans un bar. Bien moins chic que celui-ci, avec des types moins fréquentables que vous. J’esquissais un sourire pour Dean et continuais. Je suis désolée de casser l’image d’enfance volée que vous m’aviez attribuée, mais j’y étais heureuse et je m’y sentais chez moi. Ma chienne de vie, je l’ai vécu plus tard, quand ma mère est morte et que le proprio du bar m’a mis à la porte. Mais je l’avais cherché…

Un peu d’émotion transparaissait dans ma voix. Je n’avais pas vraiment envie d’en dire davantage, pas lors d’une première discussion en tous cas. C’était un peu trop mélodramatique pour une rencontre alors je préférais m’abstenir d’en dévoiler plus. Et puis, il fallait préserver un peu de mystère. Si je disais à cet homme que j’avais passé deux ans à me prostituer pour gagner de quoi acheter de la drogue, j’allais perdre toute crédibilité et dans le meilleur des cas il s’en irait. Dans le pire, il s’imaginerait qu’il pouvait me traiter comme une moins que rien et ne s’en gênerait pas. Mais cette vie là était belle et bien derrière moi.

Terra Nova est un nouveau départ pour tout le monde, on devrait pouvoir laisser son passé sur Hope Plaza. Tout oublier là-bas pour se concentrer sur le présent et ce que l’on vit ici, vous ne croyez pas ?

Sans lui demander son avis, j’attrapais sa bière et en bu une gorgée. De toute manière, c’était moi qui servais et Kara m’avait dit que j’avais le droit d’offrir un verre de temps en temps à des habitués. J’avais la gorge un peu sèche, je n’étais pas encore habituée au climat de cet endroit, c’était assez étrange et il me faudrait un moment pour m’y faire.

Je pense que ce qui est important, c’est ce qu’on fait aujourd’hui, pas ce qu’on a été hier. Je ne nie pas l’impact de notre passé sur nos actes présents, mais je pense que…

Et voilà… dès que j’arrêtais d’être vulgaire, je tombais dans un discours de psy à deux balles, à mourir d’ennuis, sur la causalité des choses et les conséquences et bla et bla et bla. J’allais donner envie à mon soldat de quitter le bar pour aller se pendre ! Histoire de ne plus dire de conneries, je repris une gorgée de sa bière.

Excusez-moi, je ne suis pas vraiment habituée au climat. Vous en voulez une autre ? Je vous l’offre. J’insiste. Je… c’est mon premier jour ici, vous comprenez. La 10ème est arrivée ce matin, je suis encore un peu… décalée.

En fait, je n’avais aucune envie d’être seule. Il y avait encore pas mal de clients au bar, surtout des joueurs de cartes ou des soldats qui commençaient à être un peu imbibés par l’alcool. Mais je préférais la compagnie de quelqu’un avec un peu plus de conversation. Et la présence de Dean avait un petit côté rassurant que je ne m’expliquais pas. Etait-ce l’uniforme qui faisait cet effet sur moi ? Je ne savais pas et je m’en moquais. C’était peut-être lui, tout simplement, uniforme ou pas, peu importe. Je ne voulais pas le faire fuir…

Revenir en haut Aller en bas

Invité




Invité


MessageSujet: Re: Une charmante rencontre [PV Tara]   Mar 17 Jan - 14:50


Dean écouta avec attention Skyler lui parler de son enfance qui semblait avoir été plutôt heureuse, du moins autant que la pollution atmosphérique le permettait. Tout semblait en revanche s'être gâté à la mort de sa mère. Il comprenait ce qu'elle avait du ressentir à son décès pour l'avoir vécu lorsque ses propres parents avaient été abattus par un gang de Boston. Il n'était de toute façon jamais facile de perdre un être aimé.

Elle avait grandit à Détroit, une ville qu'il n'avait jamais eut la chance de visiter dans le passé, ou plutôt dans le futur. Pour autant la vie y était sans doute aussi compliqué qu'ailleurs dans le reste du monde. Dean sentait que la jeune femme gardait certaines informations pour elle ce qui en soit n'avait rien d'étonnant. Se livrer ainsi à un inconnu n'avait jamais rien de facile et il semblait normal qu'elle garde des détails de son intimité pour elle. Le soldat ne s'en offusqua pas, comprenant parfaitement sa réserve. Lui-même ne se livrait que rarement et il aurait fallu auparavant gagner sa confiance pour qu'il consente à parler des plus sombres épisodes de son passé.

Il acquiesça en silence lorsqu'elle lui parla du nouveau départ qu'offrait l'arrivée sur Terra Nova, laissant ainsi au passé ce qui lui appartenait. La vie en 2149 était si compliquée que pratiquement chaque personne avait au moins une fois commis des actes que la morale réprouvait mais que la survie, elle, imposait. "L'homme est un loup pour l'homme" avait dit une fois un célèbre philosophe et cela semblait ne s'être jamais autant vérifié qu'au 22ème siècle. En plus d'être une opportunité pour sauver l'espèce humaine, Hope Plaza était la promesse d'un nouveau départ. En cela il partageait totalement le point de vue de la jeune femme. A l'humanité de ne pas répéter ses mêmes erreurs.

Dean se perdit un instant dans ses pensées et un bref laps de temps il fut de retour en Somalie, voyant défiler devant ses yeux les atrocités qui y avaient été commises. Il aurait tout donner pour pouvoir oublier les scènes de massacre auxquelles il avait assistées sur place, malheureusement elles restaient gravées dans sa mémoire. Et sans doute à tout jamais. Il fallait apprendre à vivre avec...

Il émergea alors que Skyler lui subtilisa sa bière pour en prendre une gorgée, ce qui lui arracha un sourire amusé tandis qu'elle s'excusait:

- "Excusez-moi, je ne suis pas vraiment habituée au climat. Vous en voulez une autre ? Je vous l’offre. J’insiste. Je… c’est mon premier jour ici, vous comprenez. La 10ème est arrivée ce matin, je suis encore un peu… décalée."

Il leva une main pour lui signifier que ce n'était absolument pas grave:

- "Voyons je vous en prie, il n'y a pas de mal... Servez-vous seulement!" la rassura-t'il

Cependant la perspective d'une bière offerte par la maison n'était pas pour lui déplaire:

- "Mais je ne dis pas non à une seconde bière... Mais dites-moi Skyler, vous n'essaieriez pas de me saouler par hasard? continua-t'il d'un air taquin.

En y réfléchissant cette perspective n'était pas désagréable, loin de là. Depuis son arrivée sur Terra Nova il n'avait que peu eu l'occasion de goûter à la compagnie d'une femme. Il y avait bien eu ce début de relation avec une jeune femme qui s'était finalement avérée être une Sixers. Cela l'avait sans doute un peu dégoûté de l'amour et depuis il n'avait pas cherché à répéter l'expérience. D'un côté son travail lui prenait beaucoup de temps, de l'autre il s'était promis de ne plus se laisser atteindre sentimentalement.

Il laissa une nouvelle fois son regard glisser sur Skyler alors qu'elle rejoignait le bar pour servir une seconde bière, se promettant qu'il lui offrirait le prochain verre, ne serait-ce que par politesse.

Il porta son attention sur la table des joueurs qui s'était animé, l'un des joueurs ayant visiblement perdu beaucoup de terras en une seule partie. Il n'était de loin pas satisfait et les noms d'oiseaux qu'il hurlait ne laissait aucun doute à ce sujet. Dean se fendit d'un léger sourire amusé tandis que Skyler revenait à la table, une bière fraîche à la main:

- "Merci! La prochaine est pour moi..." dit-il alors qu'elle la déposait devant lui.

Il en bu une gorgée puis reposa le verre au centre de la table pour indiquer à la jeune femme qu'elle ne devait pas hésiter à se servir si le coeur lui en disait.

- "Cela dit je suppose que l'on peut passer au tutoiement vous... tu en penses quoi?" lui demanda-t'il

Après s'être assuré qu'elle n'y voyait aucun inconvénient il poursuivit:

- "Alors dis-moi... Tu as eu le temps de visiter un peu la colonie depuis ton arrivée? Si le coeur t'en dit je pourrais te faire office de guide, il y a tant de choses étonnantes à voir ici"

Il attendit sa réponse avec impatience, espérant qu'elle accéderait à sa demande. A vrai dire il se doutait bien que Kara, la patronne, ne laisserait pas éternellement sa nouvelle employée discuter à son aise. Surtout que Skyler ne travaillait au bar que depuis le jour même.

Lui proposer de la guider dans la colonie était une façon de lui faire comprendre qu'il souhaitait partager d'avantage de temps avec elle tout en lui indiquant qu'elle lui plaisait... Restait à savoir si c'était réciproque...
Revenir en haut Aller en bas

Invité




Invité


MessageSujet: Re: Une charmante rencontre [PV Tara]   Mar 17 Jan - 16:53





Je me sentais plus bientôt, assez à l’aise, avec Dean. Il savait visiblement ôter toute gêne que peu apporter une première rencontre, avec ses moments de doute et d’incertitudes. Hors, parler avec lui était facile, agréable, et semblait aller de soi, tout naturellement. Je ne me souvenais pas avoir déjà ressenti pareille impression aussi rapidement avec quelqu’un, ce n’était pas désagréable. Juste un peu surprenant.

Je ris franchement à sa plaisanterie, lorsqu’il émit l’hypothèse que je voulais le soûler. Franche et directe, je répondis du tac-au-tac :

Quel serait mon intérêt à vous enivrer ? Si une femme veut mettre un homme dans son lit, elle a d’autres moyens que l’alcool pour y arriver, vous pouvez me croire !

A peine eu-je dis cela que je sentis mes joues rougir. Je n’étais pas dans mon bar à Détroit, je n’étais pas avec mes habitués. Qu’est-ce qui me prenait d’oser m’adresser en ces termes à un homme tout à fait courtois ? Un peu honteuse, je détournais le regard et me levais pour aller chercher une seconde bière à Dean. Les joueurs de carte à la table voisine, commençaient à se disputer. Ce n’était pas encore une bagarre sérieuse, pourtant mieux valait les tenir à l’œil avant que les choses ne s’enveniment vraiment.

Je revins, ma bière à la main, après l’avoir noté sur la feuille des consommations gratuites que je remis à sa place sous le bar. On avait aussi ce genre de système à Détroit, s’était plus pratique pour tenir les comptes et s’assurer qu’aucune serveuse ne faisait preuve de trop de générosité. Je m’assis de nouveau près de Dean, et il me proposa de nous tutoyer. Je n’étais pas contre, bien sûr, mais n’avais pas osé me le permettre tout de suite. J’ignorais s’il y avait des coutumes particulières à suivre ici, et je ne voulais surtout pas commettre un impair dès le jour de mon arrivée.

En fait, j’ai réussi à éviter la visite guidée ce matin. J’ai prétexté des maux de tête à cause du voyage et je suis restée à l’infirmerie. Quand j’ai voulu visiter la colonie par moi-même, je me suis… plus ou moins perdue. avouais-je Kara m’a trouvé et m’a amené ici. Je… je ne suis pas sortie du bar depuis midi.

En prononçant ces mots, je réalisais brusquement que j’avais profité de cet endroit comme d’un abri, m’y terrant tel un petit animal effrayé. Ou prudent. Là dehors, il y avait un monde dont je ne connaissais que ce que j’avais pu lire dans les livres. Je ne me sentais pas l’âme d’une aventurière, pas pour ce genre d’aventure en tous cas. On m’avait souvent traitée de « putain mexicaine », ou de « rat-de-bibliothèque », deux surnoms déjà opposés, mais jamais personne n’avait dit de moi que j’étais une Lara Croft ou la fille d’Indiana Jones.

Elle ne va sûrement pas tarder à me virer à coup de pieds, d’ailleurs. Elle ne veut pas que je bosse trop tard mon premier jour.

Kara avait vraiment l’air d’être une personne exceptionnelle. Tomber sur elle avait été un vrai coup de chance ! Et ma chance semblait en pleine forme, car elle m’avait fait croiser Dean quelques heures seulement après Kara. Si je ne faisais pas tout foirer comme j’en avais hélas l’habitude, cette nouvelle vie sur Terra Nova s’annonçait bien. J’adressais un sourire de reconnaissance sincère à Dean pour sa proposition, que je m’empressais d’accepter.

Merci, c’est très gentil de ta part. Si j’osais je… je voudrais te demander un service. Kara a déjà tellement fait pour moi aujourd’hui, je ne veux pas lui imposer davantage ma présence.

Voyant que Dean attendait de savoir ce qu’il pouvait faire pour m’aider, je mis rapidement fin au suspense, déclarant d’une voix un peu hésitante :

Mes affaires sont sous le comptoir, je n’ai pas eu… l’occasion d’aller les poser chez moi. Je crois qu’on m’a assigné un logement mais il est déjà un peu tard et il fait noir. A tous les coups je vais me perdre, surtout que je ne saurais même pas vers où me diriger en sortant d’ici. Est-ce que… est-ce que ça te dérangerait de m’indiquer la personne qui s’occupe de distribuer les logements, pour que je lui demande où est le mien ? Et ensuite, de m’y raccompagner ?

Il ne me resterait plus qu’à croiser les doigts pour que la personne en question ne dorme pas à cette heure-ci… Sinon, je serais obligée de dormir dans un futon sous le comptoir. Ce ne serait pas la première fois mais pour commencer une nouvelle vie, ce n’était pas l’idéal.

Je sais que ce serait plus simple de demander à Kara de m’héberger chez elle pour cette nuit, mais elle a déjà tellement fait pour moi… je ne peux pas lui demander ça.

J’offris à Dean mon air le plus pitoyable, mettant en avant tous mes talents de comédienne pour qu’il accepte de m’aider. Sans lui, j’en serais véritablement réduite à dormir ici. Et donc, à attendre que tous les clients soient partis pour cela. Autant dire que ça ne m’enchantait pas outre mesure. Je n’étais pas réellement fatiguée, trop excitée par toute cette journée, mais j’avais envie de me poser quelque part, de déballer quelques affaires, pourquoi pas me délasser dans une douche brûlante et me poser sur un canapé à ne rien faire. Pour l’heure, c’était tout ce qu’il fallait à mon bonheur.

Revenir en haut Aller en bas

Invité




Invité


MessageSujet: Re: Une charmante rencontre [PV Tara]   Mar 17 Jan - 17:51


Dean écouta la requête de Skyler avec attention tout en reprenant une nouvelle gorgée de bière. Il jeta un regard à sa montre pour prendre connaissance de l'heure et fit une légère grimace. Il connaissait l'homme chargé des attributions des bungalows pour les nouveaux arrivants et le moins que l'on pouvait dire c'est que ce n'était pas un couche-tard. Il était à son bureau pendant la journée pour les éventuelles requêtes des habitants quant à leurs logements, mais le moins que l'on pouvait dire c'est qu'il se montrait discret dès que le soir tombait.

Et l'option Kara semblait bien compromise elle aussi. Demander à sa patronne de l'héberger car elle avait omis de suivre la visite guidée, sensée être obligatoire, pouvait être interprétée par cette dernière comme un manque de sérieux. Il y avait toujours la possibilité qu'elle refuse dès lors de la garder comme serveuse. A vrai dire il connaissait très peu la patronne du bar et il n'avait pas vraiment d'idée la-dessus. Mais dans le doute...

- "Et bien le moins que l'on puisse dire c'est que tu commences fort toi.." dit -il en référence à son absence lors de la visite guidée

En même temps il comprenait parfaitement qu'elle n'ait pas trouvé d'intérêt à la suivre. Le soldat se revoyait quelques années auparavant lors de la dite visite. Si la visite des installations militaires avaient retirés son attention, tout comme les quartiers d'habitation d'ailleurs, en revanche la zone agricole et les laboratoires n'avaient reçu qu'un intérêt tout modéré de sa part. Il se souvenait avoir noté avec amusement que les pommes préhistoriques étaient pratiquement semblables à celles de 2149, les pesticides en moins sans doute.

Il se passa une main dans les cheveux d'un geste négligeant tout en jetant un regard en direction du bar, imaginant avec un léger sourire la jeune femme en train d'y dormir, avant de reporter son attention sur la jeune beauté.

- "Je pense qu'il va falloir te résigner à dormir sous le bar malheureusement... Après quelques verres je suis certain que tu le trouveras très agréable, tu verras..." continua-t'il, amusé

Résistant à l'envie d'éclater de rire en voyant l'air qu'affichait son interlocutrice il se força à garder un air sérieux, sans grande réussite bien entendu. Un peu d'humour ne faisait jamais de mal, surtout quand c'était un dépend d'une "bleue", comprenez nouvelle arrivante.

Après quelques secondes de silence pendant lesquelles Skyler devait sans doute se préparer à cette éventualité sous le regard rieur de Dean, ce dernier reprit la parole:

- "Non plus sérieusement voila ce que je te propose.. J'habite seul et j'ai une chambre de libre chez moi. Si l'idée ne te dérange pas tu es la bienvenue!" dit-il en reprenant son sérieux

Il réalisa soudainement que cette proposition pouvait être mal interprétée par la jeune femme qui pouvait y voir une tentative pour la mettre dans son lit. En y pensant l'idée n'était pas désagréable mais ce n'était pas dans cette esprit qu'il avait offert cette opportunité à la jeune femme.

- "En tout bien tout honneur bien sûr!" s'empressa-t'il d'ajouter

Loin de clarifier la chose, Dean avait l'impression que cela ne faisait que la confirmer. Il soupira, résistant à l'envie de se coller une bonne claque.. Décidément cela ne lui ressemblait pas. Skyler avait le don pour lui faire perdre une partie de ses moyens. Ce qui était déroutant, étonnant et.. agréable, il devait bien le reconnaître.

Décidant de changer de sujet le plus rapidement possible il poursuivit:

- "Demain je prends mon service à huit heure et le bureau du responsable des logements est sur mon chemin, je pourrai donc t'y amener si ça te convient...Et ton problème sera résolu!"

Il porta la chope à ses lèvres et bu une rasade du délicieux breuvage avant de la reposer entre eux.

- "Qu'est-ce que tu en dis?" termina-t'il
Revenir en haut Aller en bas

Invité




Invité


MessageSujet: Re: Une charmante rencontre [PV Tara]   Mar 17 Jan - 20:17





Je ne m’attendais pas une seconde à ce que Dean me propose de venir dormir chez lui. Menteuse… Evidement, j’y avais songé un instant, peut-être deux, mais je n’aurais pas osé lui demander sérieusement une telle chose. Pour quel genre de fille serais-je passée si j’avais lancé l’idée d’aller dormir chez un inconnu rencontré une heure plus tôt dans un bar ? Une fille de bien mauvaise vie, sans l’ombre d’un doute ! Sa blague me fit moyennement rire, parce que je n’avais vraiment aucune envie de dormir sous le bar. Mais Dean avait une manière tellement adorable de plaisanter avec moi que je ne pouvais pas lui en vouloir pour si peu.

Il s’emmêla un peu dans ses justifications, essayant tant bien que mal de préciser qu’il me voulait dans la chambre à côté de la sienne plutôt que dans son lit. Il était à peine convaincant… Et je trouvais ça amusant, ça le rendait encore plus attachant. Voir qu’il pouvait être aussi maladroit que moi était rassurant, d’une certaine manière. Il devait bien avoir dix ans de plus que moi. Etait-ce une raison pour lui faire davantage confiance ? Ou moins ? Je n’avais de toute manière pas le choix outre mesure. C’était Dean, ou le futon.

Je lui pris sa bière et en avalais une gorgée avant de répondre :

En tout bien tout honneur, j’accepte la chambre d’ami de votre bungalow. Mais je te préviens, pas de bavardage à travers la cloison si tu veux que je sois levée avant huit heures !

Je n’avais pas besoin de beaucoup de sommeil, d’habitude, mais la journée avait été épuisante. Et puis… huit heures ! C’était horriblement tôt ! Je ne me levais pas souvent à une heure pareille, même pour les cours, je m’arrangeais toujours d’une manière ou d’une autre pour avoir droit à une grasse matinée. J’étais un oiseau de nuit, pas du matin.

L’un des joueurs de cartes se leva, visiblement furieux, et quitta le bar rapidement. En passant près de moi, il failli percuter ma chaise mais j’eu le réflexe de me décaler avant qu’il ne me heurte. Je perdis l’équilibre et tombais sur Dean. Je ne sais comment, je parvins à me rattraper, ou c’est Dean qui me rattrapa, je ne sais pas, mais le résultat fut le même : je me retrouvais assise sur ses genoux, un bras passé derrière ses épaules et l’autre accroché à son cou. Je me sentis brusquement complètement idiote, et songeais qu’il aurait peut-être été moins gênant de tomber par terre que sur l’adorable pilier de bar dont je venais de faire la rencontre. Notre soudaine proximité physique parvint même à me faire légèrement rougir, pour la seconde fois depuis le début de notre discussion.

Désolée. balbutiais-je en me relevant maladroitement, aussi rapidement que possible pour effacer toute gêne entre nous. Mais c’était trop tard pour ça. J’avais senti Dean contre moi et cette sensation ne me quitterait plus de la nuit. J’avais l’impression d’avoir encore sur ma peau la chaleur de la sienne, à l’endroit où elles s’étaient frôlées et cela même si nous ne touchions plus.

A la table voisine, les trois joueurs de cartes qui restaient se disputaient, très violement cette fois. Ce n’étaient pas des militaires, ils n’en avaient pas l’uniforme. Leur allure faisait davantage penser à celle de scientifiques, peut-être des botanistes. Sans doute pas des médecins ni des infirmiers. L’un d’eux avait de la terre sous les ongles, un autre quelques débris de mousse sur ses chaussures. Je n’avais pas l’œil à ce genre de détails normalement, excepté lorsqu’une situation sortait de l’ordinaire. Même dans un bar, une bagarre n’était pas considérée comme un évènement ordinaire à prendre avec autant de légèreté qu’un verre cassé.

He joli p’tit cul ! Viens là, on a besoin d’être départagés. me cria l’un des joueurs, visiblement très éméché.

Le surnom ne me plu guère, évidement. Je lui adressais un sourire, que n’importe quelle personne sobre aurait définit par le terme « inquiétant », mais que lui ne sut pas interpréter. Lorsque je fus assez près de lui pour qu’il puisse me prendre dans ses bras, son visage se pencha vers le mien alors qu’il me murmurait des paroles grivoises que je n’oserais jamais répéter. J’attrapais l’homme par le cou de la main droite, lui tapant dans les parties masculines sensibles pour l’obliger à se mettre à genoux. Dans ma main gauche était apparu un couteau de type papillon, le genre de truc qu’on ne mettait pas dans les mains d’un amateur. Je le gardais toujours quelque part sur moi, question de principe.

¡El pequeño culo te dice mierda! Tus cojones y tú usted va a salir rápidamente, o te las recorto modo rompecabezas. ¿Comprendido cabrón? Ma nature hispanique ressortais rapidement quand j’étais en colère. Dans ta langue, ça veut dire « dégage » ! Et demain quand tu auras dessoulé, j’espère avoir des excuses.

Je lâchais le botaniste et rangeais mon couteau à ma ceinture. Je m’étais suffisamment donnée en spectacle pour ce soir, je sentais sur moi le poids des regards des autres clients. Est-ce que Kara allait m’approuver ? A Détroit, c’est comme ça que l’on réglait les conflits. Mais ici ? Et Dean… je n’osais même pas imaginer ce qu’il pouvait penser de moi maintenant ! Allait-il revenir sur sa proposition de m’héberger chez lui cette nuit, convaincu que j’étais folle ?

Revenir en haut Aller en bas

Invité




Invité


MessageSujet: Re: Une charmante rencontre [PV Tara]   Mar 17 Jan - 23:35


Dean fut heureux d'entendre que Skyler acceptait son offre, en même temps c'était ça ou dormir sur place. Et puis même si c'était le bordel chez le soldat, la chambre d'amis resterait sans doute bien plus agréable que ce que pouvait offrir le bar. Il manifesta sa satisfaction par un large sourire et s'apprêtait à lui faire remarquer que les cloisons ne seraient pas un problème s'ils dormaient dans la même pièce quand un mauvais perdant bouscula la jeune femme qui se retrouva sur ses jambes.

En temps normal il aurait sans doute rattrapé l'homme en question mais la promiscuité avec une demoiselle aussi charmante que Skyler chassa rapidement cette idée de son esprit. Au lieu de cela il lui lança un petit clin d’œil et passa son bras autours de sa taille pour la soutenir.

- "Désolé!" s'excusa-t'elle

- "Il n'y a pas de mal! On devrait te bousculer plus souvent..." répliqua-t'il du tac au tac

Il fronça les sourcils et détourna le regard, remarquant l'imbécilité de sa remarque. Décidément il devait vraiment avoir l'air d'un abrutis aux yeux de la demoiselle mais finalement cela s'avérait révélateur. Il l'aida à se relever, conscient qu'elle avait aussi ressentit quelque chose lorsqu'ils étaient entrés en contact.

Son attention fut attirée par la table voisine où une violente dispute venait d'éclater. L'un des joueurs devait sans doute avoir perdu ses gains au cours d'une partie qu'il jugeait litigieuse. Un phénomène courant en somme avec ce genre de jeux, mais ce qui suivit le fut un peu moins:

- "He joli p’tit cul ! Viens là, on a besoin d’être départagés"

Dean se leva brusquement mais Skyler le devança, s'approchant du coupable avec un sourire étrange sur le visage. Par expérience Dean savait que cela ne présageait jamais rien de bon. Et cela se confirma lorsque la jeune femme envoya un formidable coup de genoux dans la virilité du joueur indélicat ce qui le fit tomber à genoux. Un couteau papillon apparut de je ne sais où pour finir sa course contre la gorge de l'individu.

S'ensuivit une tirade en espagnole dont Dean ne comprit absolument rien si ce n'est qu'au ton que Skyler employait c'était tout sauf aimable. La traduction qui suivit ne laissa plus aucun doute à ce sujet.

Si celui qui venait d'être désobligeant était hors service pendant un moment à en juger par les jappements qu'il poussait et la force du coup de genoux, ses camarades de tables étaient eux parfaitement opérationnels. Passé l'instant de surprise ils se levèrent comme un seul homme, en ayant visiblement après la jeune femme.

Dean intervint et la main sur son pistolet sonique il s'approcha d'eux, tendant une main dans leur direction:

- "Je ne ferais pas ça si j'étais vous..." leur lança-t'il

Les trois hommes semblèrent prendre la menace au sérieux car leur élan fut brisé net, que ce soit à cause de la menace de l'arme ou du regard perçant de Dean. Profitant de cette accalmie le soldat poursuivit:

- "Vous êtes dans un état pitoyable, emportez Jason et rentrez chez vous! Sans esclandres..." dit-il en désignant l'homme sur le sol

Les trois hommes se regardèrent puis obtempérèrent, s'approchant du quatrième qui était toujours au sol avec le visage qui avait prit une jolie teinte rosée. Dean grimaça en imaginant la douleur que le coup de la jeune femme avait du lui procurer. Il se tourna vers elle avec un regard amusé

- "Tu n'y vas pas de main morte toi hein? il va s'en souvenir longtemps le..."

Il ne put terminer sa phrase car un poing vint s'écraser sur sa figure, le coupant net. Il avait fait l'erreur de détourner le regard des ivrognes qui en avaient profité pour les attaquer en traître.

Dean reprit son équilibre et évita un second coup en se baissant tout en contre-attaquant en envoyant un coup de poing dans le ventre de son assaillant, lui coupant le souffle net. Il tituba et le soldat en profita pour le frapper à la mâchoire ce qui l'envoya à terre, ko pour de bon.

Les deux hommes restant ne semblaient pas vouloir en rester là et l'un d'eux s'approcha de Tara pendant que le second semblait en avoir après Dean. La bataille semblait inévitable et il semblait exclu d'utiliser son arme à cet distance car il aurait pu les tuer à bout portant. C'était des imbéciles, certes, mais cela ne justifiait pas un abattage en règle.

Dean jeta rapidement un coup d’œil à Skyler à ses côté avec un léger sourire aux lèvres:

- "On ne s'ennuie pas avec toi?" lui dit d'un air amusé

Puis la bataille s'engagea....


Dernière édition par Dean Anderson le Mer 18 Jan - 8:30, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

Invité




Invité


MessageSujet: Re: Une charmante rencontre [PV Tara]   Mer 18 Jan - 6:57






La façon dont Dean s’était interposé pour mettre fin à l’esclandre, avec conviction et autorité, me laissa littéralement sans voix. Je découvris Dean le soldat, et ce fut presque un choc de voir avec quelle facilité naturelle il avait adopté une attitude professionnelle. Remarquez, je n’allais certainement pas m’en plaindre. Il avait pris ma défense, chose que personne ne faisait jamais. Quand j’étais gamine, les gens qui bossaient avec moi au bar savaient pertinemment que j’avais horreur de les voir débarquer au milieu d’un conflit que j’étais en train de régler. J’avais mon petit caractère et je voulais leur prouver que je savais me débrouiller seule. Même si aujourd’hui c’était toujours aussi dur pour moi d’accepter de l’aide extérieure, venant de Dean je trouvais cela… charmant. Galant. Très gentlemen.

Le prenant en traître après sa tirade, l’un des hommes profita que Dean avait le dos tourné et revenait vers moi pour le frapper. Je n’eu pas le temps de réagir pour prévenir Dean et pour lui empêcher un mauvais coup, d’une quelconque manière, et mon visage se crispa au moment du choc. Dean répliqua aussitôt, et les deux hommes restant se tournèrent vers nous avec l’air mauvais. Mais ce n’étaient pas des soldats, je me doutais que Dean n’en ferait qu’une bouchée. Seulement, il ne voulait pas les blesser. Et dans le fond, les deux hommes ne voulaient pas nous blesser non plus, c’était l’alcool qui agissait à leur place. Ils n’en étaient à la fois que plus dangereux, à cause de leur manque de considération, et moins vifs dans leurs réflexes.

J’esquissais l’ombre d’un sourire à la remarque de Dean, plaisantin. Ma main choppa la bière que je terminais d’un trait. Cela aurait été dommage qu’elle soit perdue dans la bataille à venir.

Je me suis dis que puisque j’allais dormir chez vous, autant que vous sachiez de quoi j’étais capable si un homme venait à me manquer de respect. Histoire de vous prévenir si jamais… enfin vous voyez. me moquais-je gentiment en lui adressant un clin d’œil

Un homme chacun. Cela n’aurait pas été très difficile si le mien n’avait pas fait le double de ma carrure. Je n’étais pas très épaisse, ni très grande, et lui semblait être l’exact opposé de ma silhouette. Ça promettait une « explication » assez musclée, j’allais devoir jouer sur sa rapidité, ou plutôt son manque de rapidité car celle-ci avait été embrumée par l’alcool. Heureusement pour moi. Vive comme une proie traquée, je me déplaçais sur la gauche de l’homme pour lui assener un coup de coude entre les cotes. Je n’essayais pas de lui envoyer mon pied dans les noix, après l’avoir fait à son collègue celui-ci s’attendait à une attaque similaire. Il aurait attrapé ma jambe et m’aurait fait tomber aussitôt, si j’avais tenté pareille prise.

Mon coude s’enfonça dans la chair de son ventre, sans trouver de point sensible. J’étais certaine de n’avoir pas fait grand mal à l’homme, et j’en eu la certitude lorsque sa main vint s’écraser sur ma gorge. Elle se mit à serrer et à me soulever de terre. Youpi… A quelques mètres de moi, mais cela me semblait bien plus lointain, Dean était lui aussi en train de se battre avec son propre adversaire. Le mien me jeta sur une table où je m’écrasais sans aucune classe. Je tentais de retrouver mon couteau, mais il vint le chercher à ma ceinture, sa grosse main moite frôlant la peau fine de mon ventre. J’en aurais été écœurée si j’avais eu le temps de m’attarder sur pareil détail, insignifiant au court d’un combat comme celui-ci.

L’homme jeta mon précieux papillon et, alors que je voulu riposter, il m’attrapa de nouveau par le cou et me frappa la tête violement contre la table. Je vis trente-six chandelles, de petites étoiles noires obscurcirent ma vision quelques instants durant lesquels, paradoxalement, je me sentais heureuse. J’avais retrouvée l’ambiance « chaleureuse » de Détroit. Oh oui, j’allais me plaire ici. Il n’y avait aucune ironie dans cette pensée, quoi qu’un peu d’inquiétude évidement. L’homme penché sur moi empestait l’alcool. Je lui envoyais un coup de pied un peu désespéré qui l’atteint au sternum, lui coupant le souffle et le faisant vaciller au-dessus de moi. Sans réfléchir, je lui assenais un coup dans la gorge qui le mit KO pour de bon, et tout son poids me tomba dessus, me clouant littéralement sur la table. Putain ! Ce qu’il pouvait être lourd ! J’étais coincée sous lui, me tortillant maladroitement pour essayer de me dégager.

Dean ? Un peu d’aide serait la bienvenue… appelais-je

Quémander de l’aide dans ce genre de situation embarrassante, mon ego s’en remettrait. Moi beaucoup moins si je finissais étouffée sous cent-trente kilos de viande alcoolisée.



Revenir en haut Aller en bas

Invité




Invité


MessageSujet: Re: Une charmante rencontre [PV Tara]   Mer 18 Jan - 10:58


Dean toisa son adversaire qui sembla hésiter un instant avant d’engager le combat. Un bref instant le soldat eut l’impression de se retrouver dans un bon vieux western avec sa traditionnelle bagarre de bar. La comparaison l’aurait sans doute fait sourire si son opposant ne l’avait chargé à la façon d’un taureau dans une corrida.

Le soldat fit un pas de côté et envoya son poing gauche dans les côtes de son adversaire qui émit un petit bruit étouffé, signe que le coup avait eu de l’effet. Mais il parvint à emporter Dean dans son élan et le plaqua contre le bar. Le souffle coupé par la masse de son adversaire, le jeune homme eut besoin de quelques secondes pour reprendre ses esprits et réagir. Il frappa le haut du dos de son adversaire d’un coup de coude, puis d’un second. Il en fallu un troisième pour qu’enfin la brute le lâche, apportant une accalmie dans leur altercation.

Pendant quelques secondes les deux hommes se toisèrent mais le répit fut de courte durée et la bataille reprit. Dean reçut un violent coup au visage et il répliqua immédiatement par une frappe dans le ventre de son adversaire. Le combat se termina lorsqu’il écrasa son front contre le nez de l’homme, qui s’effondra à terre en portant les mains à son visage. Le soldat cru distinguer un mince filet de sang s’échappant de ses narine et un sourire de satisfaction se dessina sur ses lèvres.

Il tourna immédiatement le regard en direction de Skyler après s’être assuré qu’il n’avait plus rien à craindre de son adversaire. Il s’était fait prendre en traître une fois et il n’en fallait pas plus pour qu’il soit prudent. La jeune femme, de son côté, sembla un instant en fâcheuse posture mais un coup habile porté au niveau du sternum de son assaillant suivi d’un coup dans sa gorge eut raison de sa résistance. Il s’effondra sur elle, la prenant au piège d’une bonne centaine de kilos de graisse.

La situation avait quelque chose de cocasse qui arracha un second sourire à Dean, qui eut de la peine à le réprimer en s’approchant d’elle. Quelque chose dans le regard de la jeune femme signifiait clairement que son égo en avait prit un coup, à moins que ce ne soit le fait d’avoir un homme transpirant avec un petit côté porcin étalé sur elle. Quoiqu’il en soit, Skyler avait prouvé qu’elle savait se défendre ce qui était un avantage non négligeable dans un environnement aussi dangereux que celui de Terra Nova. Bien que d’habitude la menace venait de l’extérieure de la colonie, pas l’inverse. Mais l’alcool restait l’alcool et les poivrots les poivrots, que ce soit en 2149 ou 85 millions d’années dans le passé.

- "Dean? Un peu d’aide serait la bienvenue…"

Il acquiesa et après avoir nettoyé d’un revers de la main une coupure à la lèvre provoquée par le premier coup qu’il avait reçu, Dean redressa l’homme - non sans mal - avant de le laisser choir au sol, libérant ainsi la pauvre jaune femme.

- "Si tu veux mon avis je crois qu’il t’aime bien!" dit-il d’un air amusé en l’aidant à se relever.

Après s’être assurée qu’elle allait bien il alla vers le bac à glaçon, en versa une petite quantité dans un linge et rapporta le tout vers la jeune femme avant de lui tendre:

- "Tiens, appuie ça derrière ta tête, avec un peu de chance tu éviteras le plaisir d’avoir une trop grosse bosse…" dit-il en faisant référence au coup qu’elle avait prit sur le crâne lorsque son adversaire l’avait frappée contre la table.

Pendant un bref instant il eut envie de l’embrasser, sans doute à cause de la nouvelle promiscuité que la situation imposait mais pour l’heure il y avait plus important. Il reporta son attention sur les quatres hommes au sol, se demandant que faire. En temps normal il aurait dû signaler l’incident à ses supérieurs mais une simple bagarre de bar, aussi violente soit-elle, méritait-elle vraiment qu’on s’y attarde. Il connaissait deux des hommes qui y avaient prit part, en temps normal c’était de braves types. L’un d’eux avait perdu sa femme récemment, déchiquetée par un nykoraptor. Le second, quant à lui, avait une case en moins depuis le décès de sa fille quelques années plus tôt suite à la fièvre syncillique. Rien d’étonnant à ce qu’ils noient leur chagrin dans l’alcool finalement. Et Dean ne souhaitait pas les accabler d’avantage en leur attirant des problèmes à cause de ce qui venait de se passer.

D’ailleurs ils reprenaient conscience, visiblement gênés de ce qui venait de se passer. Un bref instant de silence s’installa pendant lequel ils comprirent visiblement la bêtise de leurs actes. Quelques coups suffisaient souvent à remettre les idées en place. L’un d’eux tenta même un début d’excuse en se relevant mais Dean l’arrêta d’un geste de la main:

- "C’est bon, n’en parlons plus d’accord? Rentrez chez vous maintenant mais avant ça je pense que la demoiselle mérite bien des excuses, non?"

Après quelques regards entre eux ils présentèrent les dites excuses à Skyler avant de partir en titubant puis de quitter le bar. Le silence laissa place à l’agitation comme le calme après la tempête. Dean releva les chaises qui étaient tombés et remit un peu d’ordre rapidement en voulant éviter à la jeune femme de devoir s’y coller.

Il jetait de temps à autre des regards inquiets vers elle pour s’assurer qu’elle allait bien mais les yeux de la demoiselle indiquait clairement que ce qui était blessé était d’avantage son amour-propre que son corps.
Après avoir remis un peu d’ordre dans le bar le soldat s’approcha d’elle et, prétextant une vérification de sa blessure au crâne, passa la main dans ses cheveux d’un geste certainement un peu trop doux pour que Skyler ne le relève pas.

- "Ça devrait aller, tu auras sans doute un peu mal quelques jours mais il n’y a rien de grave…" dit-il en faignant un air de médecin qui ausculte son patient.

Il lui tendit son couteau papillon que l’un des hommes avait lancé plus loin tout en prenant un faux air réprobateur :

- "Cela dit évite d’agiter ce machin à tout va, normalement les armes sont interdites pour les civils…" poursuivit-il d’un air entendu.



Revenir en haut Aller en bas

Invité




Invité


MessageSujet: Re: Une charmante rencontre [PV Tara]   Mer 18 Jan - 20:10




La situation semblait beaucoup amuser Dean, et franchement… mieux valait en rire qu’en faire toute une histoire. Le soldat se laissa même aller à une plaisanterie à laquelle je rétorquais, sur un ton fataliste :

J’ai un don pour attirer les vieux cons. soupirais-je

Les hommes se relevèrent, penauds, et me présentèrent leurs excuses. C’était tout ce que j’attendais d’eux. Ils s’en allèrent, la queue basse, et Dean alla me chercher de la glace pour ma tête. Je lui adressais un petit sourire de remerciement, soudain épuisée par tout ce qui venait de se passer. Je me sentais sale, aussi, à cause de la sueur de l’homme que j’avais encore l’impression de respirer sur moi. C’était écœurant !

Ensuite, Dean eut une attitude un peu étrange, vis-à-vis de moi. Une attitude un peu paternaliste, s’inquiétant de voir si j’allais avoir une grosse bosse ou pas. Ses doigts palpèrent l’arrière de mon crâne et malgré son geste doux, je grimaçais de douleur.

Hé ! C’est sensible. m’exclamais-je en écartant mon visage de sa main, le rapprochant involontairement du sien. Ce qui n’était pas pour me déplaire…

Il me tendit mon couteau, que je fus sincèrement heureuse de récupérer. Je me sentais nue sans lui. Il était comme un porte-bonheur depuis des années. Stuart, le patron du bar de Détroit où j’avais grandi, me l’avait offert pour mes sept ans, me faisant promettre que je n’en parlerais pas à maman. Elle aurait vraiment eu peur de savoir qu’une telle arme était entre mes mains ! Et elle n’aurait sans doute pas eu tort. Je repris l’arme et la glissais dans ma ceinture, à sa place habituelle.

Merci de ne pas me la confisquer, c’est… c’est le cadeau d’un être cher. J’y tiens beaucoup.

Peut-être lui en dirais-je plus une autre fois. Ou pas. Ce n’était pas vraiment passionnant, en fait. Pourtant, c’était cette arme qui m’avait réchauffée le cœur, de bien nombreuses fois. Elle était la preuve qu’on avait tenu à moi, qu’on avait voulu que je m’en sorte. On m’avait donné ma chance, peut-être plus d’une fois. Je ne savais pas si je l’avais mérité à chaque fois. Certainement que non. Je jetais un coup d’œil à l’horloge au-dessus du comptoir. Il était une heure tout à fait correcte pour finir mon service et rappeler à Dean qu’il m’avait proposé une chambre chez lui. Comme je me trouvais encore tout près de lui, je ne pus m’empêcher de déposer un baiser sur sa joue, pour le remercier.

Je vais chercher mes affaires. lançais-je rapidement avant de m’éloigner, pour ne pas laisser de gêne s’installer entre nous.

Je retrouvais Kara dans la réserve, lui indiquais que je m’en allais et la remerciais encore de m’avoir donné mon premier boulot sur Terra Nova. Nous nous souhaitâmes une bonne nuit puis j’allais chercher mes affaires sous le comptoir. Je retrouvais Dean, mon sac sur l’épaule et une bière à la main.

Je paye encore celle-là pour te remercier, mais demain ce sera ton tour. dis-je en riant

Demain. Il avait sans doute prévu autre chose. J’aurais aimé qu’il vienne me voir au bar, après sa journée de travail. Peut-être avait-il une petite amie qui l’attendait quelque part. Ou une femme ! Non, il ne m’aurait pas invité chez lui sans lui demander… ou il m’aurait prévenu s’il avait eu d’autres personnes sous son toit. Je ne savais plus trop quoi en penser, je ne connaissais vraiment rien de lui.

On va s’asseoir dehors pour la boire, avant d’aller chez toi ? proposais-je avec espoir. Ce sera ma première nuit étoilée depuis très longtemps.

J’en avais tellement envie ! Je voyais les étoiles dehors depuis que la nuit était tombée, mais je n’avais pas osée sortir du bar et quitter mon service avant la fin pour aller les voir. Sans doute aussi, n’avais-je pas eu envie d’être seule pour assister à ce spectacle. Une telle beauté devait se partager.

Revenir en haut Aller en bas

Invité




Invité


MessageSujet: Re: Une charmante rencontre [PV Tara]   Mer 18 Jan - 21:55


Dean n’avait pas soupçonné le couteau d’avoir autant de valeur pour Skyler, aussi quand elle lui raconta qu’il s’agissait d’un cadeau d’un être cher il se félicita de ne pas lui avoir confisqué. Le passage dans la faille n’étant qu’à sens unique, chaque objet, chaque souvenir que les colons avaient pu prendre avec devenaient inestimable. Le soldat s’en félicita d’avantage encore quand la jeune femme déposa un baiser sur sa joue avant de se lever

- "Je vais chercher mes affaires." lui dit-elle

Dean se contenta d’acquieser d’un air sans doute un peu niais, supris qu’il était du geste de la jeune femme. Il la regarda partir se demandant dans quoi il s’embarquait, sa tête lui commandant de fuir, son cœur de rester. Et si d’habitude la première avait le dessus, cette fois-ci ce fut le second qui remporta la joute qui se livrait au fond de son être.

Il alla chercher son fusil qu’il passa en bandoulière après un court contrôle puis attendit en bas des escaliers que la jeune femme revienne tout en se massant sa mâchoire encore endolorie par les coups qu’il avait reçus. Il sourit légèrement en pensant qui finalement une petite décharge d’adrénaline ne faisait pas de mal de temps en temps. Il n’avait jamais été un adepte des altercations mais elles avaient l’avantage de vous rappeler que vous étiez faits de chair et de sang. Une façon un peu brutale de se sentir vivant…

- "Je paye encore celle-là pour te remercier, mais demain ce sera ton tour." lui dit-elle en riant

- "Ouais ça me semble correct comme deal… Surtout que là j’ai carrément l’impression d’être un mec entretenu…" répondit-il sur le même ton

Il pensa avec amusement à sa journée du lendemain. Sa matinée allait se résumer à des patrouilles dans le périmètre de la colonie puis en début d’après-midi il accompagnerait Grayson au lac pour ses recherches. Et comme bien souvent cela promettait d’être intéressant en connaissant le paléontologue. Il garda ses pensées pour lui tandis que la jeune femme poursuivait:

- " On va s’asseoir dehors pour la boire, avant d’aller chez toi? Ce sera ma première nuit étoilée depuis très longtemps." proposa-t’elle

- "Avec plaisir… " répondit-il

Il était content que la jeune femme lui propose cette option. Cela faisait quelques années que Dean avait franchi la faille et même après tout ce temps il ne se lassait pas de la contemplation du ciel. En 2149 la pollution avait occulté les cieux et même la lune n’était plus visible. Une bonne partie de la population ne se souvenait même plus à quoi elle ressemblait. Ici en revanche…

Ils sortirent du bar et furent immédiatement bercé par la fraîcheur de la nuit. A cette heure les allées étaient pratiquement désertes et seuls les bruits de la jungle étaient audibles, ce qui achevait de parfaire l’atmosphère du moment. Dean mena Tara dans un coin un peu à l’écart du bar où un banc avait été installé. Il aimait beaucoup venir s’y asseoir quand quelque chose le tracassait, cela lui permettait en quelque sorte de se vider l’esprit en étant un peu à l’écart de la population. C’était d’ailleurs la première fois qu’il y emmenait quelqu’un et il fut heureux qu’il s’agisse de Tara. En y réfléchissant bien cela avait un petit côté romantique…

- "Ca fait des années que je suis ici et pourtant je ne me lasserai jamais de contempler le ciel… J’ai rarement vu quelque chose d’aussi magnifique…" dit-il en désignant la lune puis en tournant le regard vers elle d’un air qui signifiait clairement que le dernier commentaire s’appliquait aussi bien à l’astre qu’à la jeune femme.

Il laissa volontairement planer le silence pour qu’elle mesure la portée de ses paroles avant de détourner le regard et de reporter son attention sur la lune.

- "Elle semble si proche et pourtant si lointaine, insaisissable et mystérieuse… Elle donne envie de la protéger même si l’on sait qu’elle n’en a pas besoin…" continua-t’il sur le même ton.

Dean s’arrêta et fronça les sourcils; mais que lui arrivait-il? Ce genre de phrase ne lui ressemblait pas d’habitude mais c’était plus fort que lui et il ne pouvait s’empêcher de les prononcer. Un signe évident du trouble que la jeune femme provoquait chez lui. Tentant de se ressaisir il prit délicatement la bière des mains de Skyler et en prit une gorgée avant de la lui redonner.

Un courant d’air frais passa, faisant bruisser la flore environnante. S’avisant que Skyler n’était que légèrement vêtue et qu’elle n’avait sans doute pas reçu les habits que l’on remettait à chaque colon après la visite guidée pour se protéger des affres du climat, il passa un bras autours de ses épaules et l’attira gentiment à lui pour la réchauffer tout en lui lançant un petit sourire.

Il savait que son geste pouvait être mal interprété. Après tout Skyler avait vécu puis travailler dans un bar la majeure partie de sa vie à ce qu’il avait compris et par extension elle devait avoir eu son lot de gestes déplacés et de baratineurs qui ne songeaient qu’à la mettre dans leurs lits. Il en avait encore eu l’exemple quelques instants plus tôt. La beauté de la jeune femme ne devait laisser que peu de mâles indifférents. En suivant cette logique qu’est-ce qui prouvait à Skyler que Dean n’était pas de ce bois-là? Absolument rien…

Et pourtant il espérait que même si cela faisait peu de temps qu’ils se connaissaient elle avait déjà réussi à comprendre qu’il n’en était rien… Pourtant il y avait quelque chose de fort entre eux qui naissait, seul un imbécile ne s’en serait pas rendu compte. Se faisait-il des idées? Peut-être… Mais il était convaincu que la jeune femme ressentait la même chose. Et si ce n’était pas le cas elle le lui ferait clairement comprendre. Il espérait juste qu’elle ne lui colle pas son couteau papillon sous la gorge…Chassant cette pensée déplaisante de son esprit il tourna à nouveau le regard vers elle:

- "Tu sais, je…" dit-il en s’interrompant, cherchant ses mots. "Hé merde…" poursuivit-il, s'y résignant.

Il n’avait jamais été doué pour traduire les sentiments en mots et la plupart du temps cela se révélait plutôt comique. Décidant d’abandonner cette option et adepte du fait qu’un exemple valait parfois milles explications, il approcha ses lèvres de celles de la jeune femme et y déposa un baiser…
Revenir en haut Aller en bas

Invité




Invité


MessageSujet: Re: Une charmante rencontre [PV Tara]   Jeu 19 Jan - 20:29




Dean accepta tout de suite de sortir dehors avec moi. Nous nous assîmes sur un banc, dehors près du bar. Je posais mon sac par terre, à côté de moi, et levais la tête. Le ciel noire était magnifique, constellé de petites lumières blanches. Une pure merveille… J’entendais à peine Dean me parler, complètement obnubilée par le spectacle extraordinaire que j’avais sous les yeux. Ces sous-entendus me parurent lointains, sortis d’un autre monde. J’étais perdue, le regard rivé au ciel, incapable de faire abstraction des cieux pour revenir à la réalité.

Je ne me souvenais plus de la dernière fois où j’avais vu une étoile, ou même la lune. Peut-être n’en avais-je vu qu’un photographie, dans des livres d’histoire.

Quand j’étais petite, il y avait des étoiles dans ma chambre. Ma mère en avait peintes au-dessus de mon lit, et elle me racontait comment c’était avant, quand elle était enfant et que le monde était moins moche. Mais même dans mes rêves, ce n’était pas aussi beau que ce que j’ai sous les yeux maintenant. murmurais-je

Le silence s’installa. Dean semblait étrange. Je réalisais qu’il m’avait parlé et que je n’avais pas écouté. J’eu honte. Les mots qu’il prononça ensuite me tirèrent un sourire. Etait-il en train de me décrire ? C’est ce que son regard semblait me dire. . J’avais bien une idée de ce qui le poussait à se montrer aussi adorable avec moi, mais je ne voulais surtout pas me faire de déductions hâtives. Voyant que je ne réagissais pas, il se rapprocha un peu pour me prendre dans ses bras. C’est vrai qu’il faisait froid dehors, à cette heure tardive.

Je portais une fine chemise blanche, sans manches, nouée au-dessus du nombril, et un short court en tissus gris perle. Pas vraiment la tenue adéquat pour barouder dans la jungle, ni pour rester dehors tard le soir. Au contact de Dean, je frissonnais. Comme tous les hommes, il avait une température corporelle légèrement supérieure à celle des femmes. Sa présence était agréable, je me sentais bien contre lui, mais il n’avait pas l’air très à l’aise. Quand il commença à ouvrir la bouche pour parler, prononçant seulement quelques mots épars, je compris ce qui allait finir par se passer et ne tentait rien pour l’en empêcher.

Le baiser de Dean fut rapide, presque un effleurement. Juste quelques microsecondes, pour se goûter comme on goûte un fruit qui promet d’être savoureux, en prenant tout son temps pour en apprécier la saveur. Dean n’insista pas, ne cherchant pas à prolonger ce contact agréable. Peut-être de peur que je ne veuille pas ? Idiot ! Dean était un homme séduisant, avec de bonnes manières, un sourire incroyable, une légère timidité qui le rendait hyper craquant et très attachant. Oui, Dean était décidemment quelqu’un d’attachant… il aurait été facile pour moi de ne plus avoir envie de m’en éloigner, ou même d’en tomber amoureuse.

Mais les sentiments, ce n’était pas pour moi. Je n’avais jamais été faite pour ça, je n’étais jamais tombée amoureuse. Je n’étais pas certaine d’être capable, un jour de m’attacher assez à quelqu’un pour ça. S’attacher, c’était prendre le risque de souffrir. Un trop grand risque à mon goût. Je posais ma main sur le torse de Dean pour le repousser très légèrement.

Je suis désolée, je… je suis…

Je suis quoi ? Timide ? Non, pas vraiment. Pas attirée par lui ? Faux. Alors qu’est-ce qui me retenait de passer mes bras autour de son cou, de l’attirer à moi et de l’embrasser pour de bon, comme je mourrais d’envie de le faire ? Qu’est-ce qui me retenait… ?

La journée a été longue, je ne voudrais pas risquer que… Tu me plais, sincèrement. Mais je ne veux pas précipiter quoi que ce soit entre nous parce que je suis… une pauvre idiote. Je voudrais… On ne se connait absolument pas. Par le passé ça ne m’empêchait pas de… tu vois, mais aujourd'hui j’aimerais réellement prendre un nouveau départ et changer ce qui ne me plaisait pas dans ma vie d’avant. Me faire sauter par le premier venu, c’est quelque chose que j’ai fais et je n’en suis vraiment pas fière. Je ne veux pas refaire les erreurs que j’ai déjà faites. Ma voix était hésitante, un peu trop basse. J’ai tendance à me prendre la tête des heures, pour le plaisir de compliquer des choses qui pourraient être parfaitement simples. terminais-je, d’une voix beaucoup plus assurée.

Alors, sans rien compliquer davantage, je passais mes bras autour de son cou, l’attirait à moi et l’embrassais pour de bon, comme je mourrais d’envie de le faire. Et parce que rien ne me retenait. Mes lèvres entrèrent en contact avec les siennes, doucement pour commencer, puis peu à peu avec plus d’avidité et de désir. Dans une position inconfortable car assise à côté de lui sur le banc, j’abandonnais toute pudeur pour me mettre à califourchon sur Dean. Assise sur ses cuisses, nous pouvions nous embrasser vraiment, ma poitrine écrasée contre son torse, mes mains dans ses cheveux. Je ne savais pas ce que tout cela allait donner, mais soudain je m’en moquais. Je me sentais attirée par cet homme, comme je n’avais jamais été attirée par personne. Il y avait quelque chose entre nous, une connexion invisible, un je-ne-sais-quoi qui me poussait à vouloir Dean pour moi et moi-seule. Je n’avais plus froid du tout.


Revenir en haut Aller en bas

Invité




Invité


MessageSujet: Re: Une charmante rencontre [PV Tara]   Ven 20 Jan - 10:04


- "Je suis désolée, je… je suis…" bafouilla Skyler.

La jeune femme l'ayant repoussé gentiment, Dean n'insista pas. Il leva une main apaisante pour lui signifier qu'il comprenait et qu'il n'y avait pas de mal. Elle n'avait pas à s'excuser pour une relation somme toute logique finalement. Ils avaient fait connaissance le soir même, une ou deux heures auparavant, et ne connaissaient pratiquement rien de l'autre. Et même si une attirance réciproque semblait évidente cela ne signifiait pas pour autant que cela devait se traduire par une relation. Finalement ce genre de chose n'arrivait décidément que dans les films pensa à regret le soldat.

- "Non! Non... je t'en prie ne t'excuse pas c'est plutôt à moi de le faire..." répondit-il doucement

Skyler tenta de justifier son rejet d'une voix hésitante et un ton en dessous que d'habitude, ce qui contrastait avec l'assurance qu'il lui connaissait. Le soldat cru voir dans ses yeux un semblant d'hésitation comme si elle était un peu perdue quelque part entre l'appréhension et l'envie, entre la crainte et le désir.

Dean leva un sourcil interrogateur, ayant quelque part une franche envie d'afficher son sourire en coin alors qu'il venait pourtant de se prendre ce qui ressemblait de très prêt à un râteau. La façon de s'exprimer de Skyler avait un côté touchant qui ne le laissait pas indifférent, loin de là. Il écouta les explications de la jeune femme avec attention, hypnotisé par son regard et sa façon d'être. S'être fait repoussé était loin de lui donner envie d'abandonner mais avait au contraire renforcé sa détermination. Résistant à l'envie de remettre ça, il se força à reprendre ses esprit à la façon d'un rêve qu'on quitte à regret tandis que Skyler achevait sa tirade d'une voix nettement plus assurée:

- "J’ai tendance à me prendre la tête des heures, pour le plaisir de compliquer des choses qui pourraient être parfaitement simples."

Dean s'apprêtait à répondre quelque chose quand la jeune femme passa ses bras autours de son cou et l'attira à elle pour l'embrasser langoureusement qui surprit totalement le soldat, le prenant à contre-pied. Loin de résister il se laissa faire et lui rendit la fougue de son baiser, passant une main dans son dos et l'autre derrière sa nuque comme s'il souhaitait que jamais leurs lèvres ne se séparent.

Skyler prit les devant et se mit à califourchon sur le soldat pour faciliter leur "échange" et le prolonger. Dean perdit alors tout inhibition et se coupa totalement du monde extérieur, plongé totalement dans l'instant présent. La douce sensation de brûler dans un volcan en plein antarctique, de son consumer dans une supernova l'envahit et il souhaita que cet instant ne se termine pas et reste à jamais figé dans le temps. La jeune femme embrassait divinement bien, c'était le moins que l'on pouvait dire. Malheureusement toute bonne à chose une fin comme disait le célèbre dicton et bien à regret leurs lèvres se séparèrent.

Rouvrant les yeux après quelques instants comme s'il avait voulu prolonger ce rêve éveillé il plongea son regard dans celui de la jeune femme, l'esprit vidé. Il y avait milles mots qui se bousculaient en lui mais ils semblait désespérément coincés dans son larynx. A défaut il caressa avec douceur la joue de Skyler avant de l'attirer à lui pour un second baiser qui se prolongea pendant d'agréables secondes avant qu'une nouvelle fois leurs bouches ne se séparent.

- "Wahouuu... C'était... Wahouuu..." répéta-t'il une seconde fois avec un air qui pouvait rappeler un enfant qui venait juste de descendre d'un grand huit pour la première fois.

Il y eut quelques instants de silences pendant lesquelles son regard suffisait aisément à traduire ce qu'il ressentait. Et au cas où ce n'aurait pas suffit, un large sourire se chargea de lever tout doute à ce sujet. Skyler était aussi fascinante que de le lave en fusion s'écoulant sur les flancs d'un volcan, et sans doute autant dangereuse... Passant une main sous la mince chemise de la jeune femme il lui caressa le dos avec douceur, savourant la douceur de sa peau avant de l'embrasser une troisième fois avec passion.

Un bruit de pas sur le gravier brisa cet instant et attira l'attention des deux jeunes gens. Une silhouette se dessina dans l'ombre et s'approcha d'eux. Instinctivement Dean posa une main sur son fusil avant de se rappeler qu'ils étaient dans la colonie et non perdus au milieu de la jungle. Décidément Skyler avait le don de lui faire perdre l'esprit.

Il lui fallut quelques secondes pour reconnaître la personne qui s'approchait d'eux, à savoir l'aumônier militaire de la colonie qui, lorsqu'il se rendit compte de leur présence, leur fit un léger signe de la main. Dean savait que l'homme appréciait particulièrement cet endroit, sans doute pour parler à son "Dieu". Il fallait dire que le lieu s'y prêtait à merveille et même s'il ne partageait pas ses convictions religieuses, le soldat les respectait. Parfois il se demandait cependant si l'homme aurait encore la foi s'il avait vécu la guerre de Somalie. Il en doutait...

- "Ho, veuillez me pardonner... Je ne voulais pas vous déranger!" dit l'aumônier d'une petite voix amusée

Dean jeta un regard entendu à Skyler, du genre de ceux qui signifiaient: "quel emmerdeur!" avant de reporter son attention sur l'aumônier:

- "Il n'y a pas de mal mon père, nous allions partir justement..." répondit-il d'un ton qui sonnait pourtant faux.

Il haussa les épaules d'un air résigné en regardant la jaune femme et se leva, la portant avant de la reposer délicatement sur le sol et de l'enlacer. Il frissonna en sentant le souffre chaud de Skyler dans sa nuque et il approcha le bouche de son oreille:

- "On rentre? Histoire de continuer cette charmante discussion loin des regards indiscrets... et des hommes de Dieu?" lui chuchota-t'il avant de déposer un bisou dans son cou.

Il leva les yeux et vit un petit reptile volant posé sur le sommet de la barricade non loin de là. Ce dernier pencha la tête de côté, les observant avec curiosité. Dean lui fit un clin d’œil en pensant un truc du genre: "jaloux, va!" avant de reporter toute son attention sur la jeune beauté qu'il avait dans les bras...
Revenir en haut Aller en bas

Invité




Invité


MessageSujet: Re: Une charmante rencontre [PV Tara]   Ven 20 Jan - 11:29






Mon brusque changement de comportement ne sembla pas choquer Dean outre mesure, et cela paru même lui plaire ! J’avais confiance en mon potentiel de séduction, c’était présomptueux de dire la chose en ces termes mais j’avouais volontiers n’avoir aucune modestie en ce domaine, et je savais reconnaître l’effet que je faisais au sexe opposé. Dean était un représentant du sexe opposé des plus sympathiques.

Et, oh bon Dieu, il embrassait formidablement bien ! Un baiser ne passait pas que par les lèvres et la langue. Ses mains sur mon dos, me serrant contre lui, caressant ma peau, cela faisait aussi parti du plaisir de cet acte intime et ô combien agréable. Si notre premier baiser fut avide et dicté par mon désir, le second, commencé par Dean, fut plus calme et en même temps, plus passionné. Heureusement que j’étais assise sur lui et retenue par ses bras puissants, car ma tête allait exploser. J’en voulais plus, bien plus. Je voulais me noyer en lui, ressentir chaque centimètre carré de sa peau sur la mienne. Sa chaleur, son odeur, sa saveur, je voulais tout. Lui. Je le voulais lui.

Le retour sur Terra Nova fut brutal. Un homme, un homme de Dieu, venait de nous interrompre. Son sourire entendu me fit rougir, moi qui n’avais pourtant jamais été croyante. Cela me gênait pourtant qu’il nous ait surpris dans cette posture, et me rappela l’époque où je n’étais qu’une putain. Qui sursautait dès qu’une porte claquait, de peur que la femme en furie de l’homme qui était en train de me sauter ne rentre, plus tôt que prévu. Je n’avais pas peur que la femme veuille sortir les griffes et que cela se termine en bagarre, mais ça me mettait mal à l’aise que mes clients aient des problèmes avec leur famille à cause de moi. J’avais été une prostituée avec une conscience.

Dean me proposa de rentrer. Peut-être pour pouvoir continuer ce que nous avions commencé à en toute intimité ? Je ne savais pas si cela me faisait peur ou si cela m’excitait au contraire. J’allais devoir me décider ! Attendre ou vivre le jour présent. Carpe Diem. Ou pas. Je ne voulais rien gâcher entre nous. Me mettre à dos l’un des soldats de la colonie dès le premier jour ne me semblait pas une bonne idée. Coucher avec l’un des soldats de la colonie dès le premier jour, ne me semblait pas non plus être une preuve de maturité. Mais depuis quand étais-je quelqu’un de mature et de réfléchi ? Songeant à cela, je me demandais soudain quel âge pouvait avoir Dean. Plus que moi, évidement ! Mais… plus de trente ans ? Cela commencerait à faire une sacrée différence d’âge.

Oui, j’aimerais bien prendre une douche avant d’aller me coucher. J’ai l’impression de sentir encore le porc qui m’est tombé dessus tout à l’heure. acquiesçais-je en réponse à sa proposition de rentrer.

Il se leva, me prenant dans ses bras pour ne pas me faire tomber, puis me reposa au sol. Nous nous éloignâmes du bar, son bras sur mes épaules. Je tremblais un peu à cause du froid, mais sa proximité me réchauffait le cœur.

Je n’étais plus seule.


THE END
Revenir en haut Aller en bas





Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Une charmante rencontre [PV Tara]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Une charmante rencontre [PV Tara]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» 06. Let's do some propaganda | PV Tara
» Tara se présente*
» Odieusement Charmante. -Eleonore.M Von Elrich- (Finie)
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Terra Nova :: Archives des anciens RP-